L’incroyable créatrice Clémentine du Pontavice , nous ouvre les portes de son univers et nous livre ses anecdotes de parcours !

unnamed

Peux tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Clémentine, fondatrice de la marque HOP HOP HOP qui créé des bijoux mais aussi des illustrations, des petites vidéos, de la musique… tout un univers.

 

Quel a été ton parcours avant de lancer ta marque ? Peux tu nous parler du choix du nom ?

J’ai un parcours singulier. Après un BAC économique et social, j’ai fait un IUT de Gestion des Entreprises et des Administrations puis je suis rentrée au CELSA (école de communication). J’ai ensuite travaillé en tant que chef de projet en agence de publicité. Je ne suis pas restée très longtemps, je ne m’y sentais pas à ma place. J’aimais bien l’ambiance, mais j’avais un problème de sens. Comprendre à quoi je sers et pourquoi je fais les choses m’est indispensable. Là je ne m’y retrouvais pas, j’avais le sentiment d’être interchangeable. J’ai donc profité d’un plan de licenciement pour partir. J’ai ensuite fait un mini tour du monde pendant lequel j’ai écrit, photographié, dessiné.

De retour à Paris, un grand besoin d’aller au bout de mes envies me pousse à rendre mes projets concrets. Je démarche des maisons d’édition pour mes projets de livres, je fais des expositions de photos et je lance une première collection de bijoux.

C’est le bijoux qui décolle le plus vite . Je poursuis donc dans cette voie et je créée HOP HOP HOP en 2006.

 

Pourquoi ce nom, HOP HOP HOP?

Parce que j’ai créé la marque à un moment de ma vie où il fallait que je me « bouge » pour aller au bout de mes envies.

J’aime bien ce nom. Il est frais et léger mais il en dit beaucoup. Pour moi « hop hop hop » c’est la vie et le mouvement! Et puis c’est une expression du quotidien, on se l’approprie facilement, il y a un côté très affectif qui colle parfaitement à l’esprit de la marque.

 

Quels ont été les moments forts du lancement ?

Lorsque j’ai gagné un concours de la ville de Paris qui offrait un stand sur le salon Première Classe. Premier salon pour moi et véritable tremplin. Dès le premier salon j’ai vendu au Japon et j’ai été démarché par le Bon Marché et Bonpoint.

 

As tu des préférences dans tes bijoux ? Si oui, lesquelles, et pourquoi ?

Même si j’ai une affection toute particulière pour mes pièces incontournables comme le nuage ou le chat masqué, j’ai une préférence pour les pièces un peu plus travaillées. En ce moment je ne quitte pas la mono boucle palmier. Et dans la toute nouvelle collection j’aime bien les boucles pacman, plus arts déco. Je porte surtout des boucles d’oreilles ; )

 

Peux tu nous raconter comment sont fabriquées les pièces de tes collections ?

Tous nos bijoux sont fabriqués à l’atelier à Paris. C’est une façon de contrôler toute ma chaine de production et d’humaniser le travail. Je vois, sous mes yeux, le travail que représente la fabrication d’un bijou, je peux aller rendre visite à mes fournisseurs (doreur et émailleur notamment). Derrière chaque poste, il y a une personne que je connais. J’aime travailler dans ces conditions, cela me paraît essentiel.

Nous sommes 4 à l’atelier: Marine et Grisel fabriquent les bijoux, Sarah m’aide pour le e-shop et la gestion de la production et moi j’orchestre un peu tout.

 

Où puises tu ton inspiration ?

De manière générale tout m’inspire, mes enfants, un film, un livre, une matière, une surface, une odeur, un son… Ce sont beaucoup de petits détails qui font « déclics » et me donnent envie de créer. Je suis aussi une grande observatrice. J’adore regarder les gens dans la rue, leur look, leur manière de composer. Et puis il y a les voyages bien sur… les mélanges, les couleurs, l’inconnu, la différence…

Mes bijoux naissent de tout cela!

 

Quelles sont des envies pour 2016 ? Tes projets ?

Je travaille en ce moment sur un projet plus artistique. Je prépare une constellation de portraits de femmes que je pense, coud, tisse, chante, fabrique comme des petits bijoux, la forme s’adaptant à la singularité de chacune des personnalités que je rencontre.

A l’issu de cet ouvrage, j’aimerai réaliser une exposition et un livre… pour fin 2016 peut être?

Vous pouvez avoir un aperçu de ce travail ici : http://www.desfemmes.world

Sans oublier de nouveaux bijoux, à porter, pour vous ; )

 

12 mai 2016
 1 0